top of page

48 heures de transat, pas de mal de mer

Ça fait presque 48h qu’on est partis du Cap Vert. Je n’arrive vraiment pas à prendre le pli niveau blog… le mal de mer avait eu raison de moi entre La Palma, Canaries et Sao Vincente, Cabo Verde. Au départ du port de Mindelo, sur l’île de Sao Vincente, j’ai pris un mer calme pour éviter le pire. Ça semble avoir fonctionné, ou alors j’ai fini par m’amariner.


On a voulu recalibrer l’autopilote avant la transat, ça a été galère. Le pilote automatique a indiqué un message de sur-ampérage, message d’erreur qu’on avait déjà eu et qui nous a empêché auparavant déjà de finaliser le paramétrage de l’autopilote. Bref, ça a été super chiant mais Brice et Baptiste ont géré. Heureusement, car la nuit commençait à tomber.


Tristan et moi avons pris le quart du milieu, entre 00h30 et 2-3h du matin. J’avais prévu de réveiller Brice vers 3h, histoire de le laisser dormir, mais à 2h15 je vois le vent qui commence à se péter la figure et le pilote, qui était sous vent apparent, commence à faire tourner le bateau à 180°. Ça m’était déjà arrivé il y a quelques jours et je pensais avoir fait une fausse manipulation à l’écran, mais cette fois-ci ce n’était pas possible, je n’avais strictement touché à rien, et ça depuis le début de mon quart. Je vais donc réveiller Baptiste (j’ai encore du travail à faire pour réveiller rapidement mais sans paniquer, car je savais que la situation n’était pas grave mais je voulais surtout que quelqu’un puisse intervenir rapidement pour éviter l’empannage). Au final, Brice était réveillé a 2h15 et a pris le quart.


Le matin, à mon réveil, Tristan et Baptiste étaient en train de préparer le spi. En montant, le spi, il s’est pris dans l’étai. On a dû le descendre rapidement pour le remonter, mais nous ne l’avons pas hissé assez vite et il s’est déchiré sur le taquet avant bâbord alors que j’étais en train de remettre l’écoute amure qui se prenait dans le siège princesse. J’ai pu dégagé le spi au moment où il se déchirait, mais pas assez rapidement. Nous avons fait un trou dans notre spi, heureusement au niveau du bas. Ça fait maintenant plus de 24h qu’on a le spi et le trou ne s’est pas agrandi.




Sinon la journée fut plutôt tranquille, un bel oiseau blanc est venu se poser sur la ligne de pêche pendant bien 10 minutes pendant que Brice préparait des lasagnes. Quelqu’un peut me dire quel est cet oiseau ? On a pêché une dorade corifène, et avons laissé s’échapper une deuxième.



Dans la journée il fait très chaud dans notre cabine avec Tristan car nous sommes côté bâbord, donc côté sud : nous avons le soleil toute la journée. Pas très évident pour se reposer. Les ventilateurs sont très utiles (merci Lionel d’avoir insisté) et grâce à nos panneaux solaires, on ne se soucie pas trop de l’énergie (on ne fait pas de folie non plus). Le cockpit n’est pas à l’ombre avant 13-14h. Aujourd’hui il fait plus frais, c’est plus agréable.

Le vent ne monte pas au-dessus de 15 nœuds, le bateau est vraiment plus stable à partir de 12 nœuds, en dessous de ça, on sent qu’on ralentit pas mal. Le pilote gère plutôt bien même s’il pourrait mieux anticiper.




Le ciel est brumeux de chaleur, le soleil au lever et au coucher a des airs de lune. La lune ne monte plus pendant la nuit, ce n’est plus ses heures. Mais le ciel reste très étoilé. Et à chaque fois que je regarde ce ciel je pense aux ancêtres polynésiens, navigateurs et astronomes, qui se guidaient grâce à ces chemins d’étoiles, avei’a. J’ai hâte d’arriver en Polynésie et de me reconnecter à cette culture au péril de l’oubli. Je finis bientôt le livre « Sur le chemin des étoiles, Navigation traditionnelle et peuplement des îles du Pacifique » de Éric Conte que Nico m’a offert, c’est tellement incroyable cette vision du monde que les polynésiens avaient.



Et au moment où on voulait mettre internet, le rivet de la drisse de Code 0 (que l'on utilisait aussi pour le spi) à péter. Donc on a dû affaler le spi, et on est sous grand voile uniquement pour l'instant. Cela risque de nous ralentir pas mal. Brice pense peut-être monter au mat pour installer une manille au niveau du pontet.

154 views0 comments

Recent Posts

See All
bottom of page